Pourquoi payer pour voler à la Banne ?

Pourquoi payer pour faire voler son planeur radio-commandé à la Banne d’Ordanche ? En effet, faire voler son planeur ne coûte rien à personne et acquitter un droit de survol en tant que « passager » quand on n’est pas membre du club les « Ailes Silencieuses » peut paraitre injustifié. Qu’en est-il ?

Etres assuré :

Tout d’abord, pour faire évoluer un modèle réduit on doit être assuré. Pour être assuré il faut avoir souscrit la licence-assurance de la FFAM. Mais ça ne suffit pas ! Pour que l’assurance indemnise une victime en cas de dommage aux biens ou aux personnes causé par un de nos modèles réduits, l’assuré doit posséder l’autorisation du propriétaire du terrain sur lequel il fait évoluer son modèle. Dans le  cas présent, la Banne d’Ordanche se situe sur la commune de Murat le Quaire et appartient à son domaine.

La nécessité d’un interlocuteur :

Quand un site de vol n’est fréquenté que de temps en temps par une personne ou deux, que ces personnes sont précautionneuses, alors cette activité peut être considérée comme plus ou moins « transparente ». C’est du « ni vu ni connu », et personne n’y trouvera à redire. Par contre, dès que l’activité commence à attirer du monde, avec une fréquentation régulière, un certain nombre de voitures garées, un nombre conséquent de planeurs en vol, là ce n’est plus pareil. Un jour où l’autre, une barrière mal refermée qui laisse échapper des bêtes, des voitures garées sur des surfaces ensemencées finissent par déboucher rapidement sur l’expulsion des gêneurs… Les exemples ne manquent pas.

Pour éviter l’issue « fatale », il est nécessaire de monter une structure, dotée de la personnalité morale, le plus souvent sous la forme d’une association. Cette association va organiser l’activité en faisant appliquer par ses membres des consignées négociées auprès du propriétaire, et éventuellement acquitter un droit auprès de celui-ci.

L’association « Les Ailes Silencieuses »

L’association « Les Ailes Silencieuses » est l’interlocuteur de la Mairie de Murat le Quaire ainsi que des autorités publiques en général pour la pratique de l’aéromodélisme sur le massif de la Banne d’Ordanche. L’association « Les Ailes Silencieuses » crée en 1985 par feu Rodolph Schmutz et Raymond Chevalier s’est vue confier l’organisation de cette activité sur le massif en vue d’assurer la sécurité et la gestion des vols, le respect des consignes de sécurité, la cohabitation avec l’estive ovine, l’information des visiteurs.

Les droits de survol servent à financer les frais de fonctionnement de l’association : location d’un local-atelier, entretien du local de piste (on peut s’y réfugier en cas d’intempérie, y casser la crôute avec les copains), paiement des factures d’électricité et de téléphone, achat de petit matériel, frais divers d’organisation de manifestations.

Une zone d’évolutions exceptionnelle et préservée :

On est maintenant en droit de se demander : à quoi ai-je droit en l’échange du paiement de ce droit de survol ?

Exclusivité des activités aériennes : par arrêté municipal, toute activité aéronautique autre que le vol de planeurs radio-commandés est interdite sur le massif de la Banne d’Ordanche. La pratique du parapente, du delta-plane est interdite. Cela garantit en partie la sécurité d’évolution de nos modèles, et évite la concurrence avec d’autres utilisateurs. En effet, la cohabitation des planeurs et des parapentes n’est pas toujours possible, les uns pouvant mettre en danger les autres (par exemple un planeur va déchirer la voile d’un parapente).

Zone d’évolution exclusive et privilégiée :

Une zone d’un rayon d’un mile nautique et d’une hauteur de mille mètres, autour de la Banne est réservée pour la pratique de l’aéromodélisme ! Cela signifie que les avions grandeurs de tous types doivent l’éviter : en cas d’accident avec un de nos modèles ils sont responsables. Cette zone exclusive figure sur les cartes aéronautiques utilisées par les pilotes, et mises à jour chaque année.

La taille de cette zone d’évolution est tout à fait exceptionnelle en France, tant par sa superficie que par sa hauteur

C’est l’association « Les Ailes Silencieuses » qui a œuvré pour l’obtention de ces droits au profit des aéromodélistes, notamment en instruisant les dossiers nécessaires auprès des autorités compétentes.

Une disponibilité pleine et entière pour la pratique de notre hobby :

Voilà donc ce que vous avez en l’échange du « droit de survol » si vous venez voler en tant que « passager », hormis le soutien logistique de l’association dont vous pouvez bénéficier : la pleine disponibilité d’un immense massif pour la pratique de votre loisir favori, avec des possibilités de vols innombrables, que ce soit sur les différentes expositions du massif, ou bien en « randonnée volante ».

En acquittant un droit de survol, vous aidez l’association « Les Ailes Silencieuses » à assurer la pérennité de notre loisir favori sur ce merveilleux site de vol qu’est la Banne d’Ordanche : ça vaut quand même le coup, non ?

 


Le bureau des AS